Citadelles par Bruno Faidutti

Mettons nous dans la peau des bâtisseurs avec Citadelles !

Mesdames et messieurs, l’heure est grave! Noël approche, nous n’avons toujours pas un flocon de neige en vue (dans la région parisienne en tout cas), la liste des cadeaux n’est toujours pas complétée, le repas du réveillon pas encore défini et des dizaines de choses s’accumulent pour les fêtes. Le rapport avec le jeu d’aujourd’hui? Absolument aucun. Mais j’avais envie de vous rappeler à quel point vous étiez en retard sur votre programme.

Cependant ne paniquez pas car il y a toujours un moyen pour lutter contre la pression des fêtes et le stress(et non ce n’est pas Point S). Un moyen atemporel, qui a toujours su fédérer les gens autour d’une table et leur faire passer un bon moment. Qui fait voyager d’un monde de pirates à celui d’un space opéra sans avoir à bouger de chez soi. Un univers sans limites où le mot d’ordre est « jouer« , je veux bien sûr parler de celui des jeux de sociétés.

Et celui auquel nous allons nous intéresser aujourd’hui nous transporte à l’époque médiévale et vous mettra dans la peau de bâtisseurs de Citadelles. Créé par Bruno Faidutti en 2000 et édité par Edge, le jeu à connu plusieurs éditions pour aboutir à une troisième (et ultime) version en 2010.

Dans ce jeu, qui ne se joue qu’avec des cartes, chaque joueur a pour but de créer une cité prestigieuse en y bâtissant huit quartiers aussi divers que coûteux.  Pour se faire, vous aurez à votre disposition différents personnages qui vous donneront à chaque tour un « pouvoir« , allant de l’élimination d’un joueur pendant un tour à la possibilité de détruire le quartier d’un de vos adversaire.

Les cartes de Citadelles

Les cartes de Citadelles

Pouvant se jouer jusqu’à 8, les personnages de chacun ne sont pas connu des autres joueurs grâce à une mécanique de « draft » où celui qui est premier joueur sélectionne face caché un des perso disponible puis passe le reste à son voisin. Sachant qu’avant la sélection de ces derniers, l’un d’eux est écarté face caché, même le deuxième à choisir à une chance sur deux de ne pas deviner le rôle du premier joueur. Avec des parties durant en moyenne une heure, le jeu ne laisse que peu de place au hasard. Ce sont vos choix de personnages à chaque tour et les actions des autres joueurs à votre encontre qui détermineront l’issue de la partie. La seule partie de « chance » s’illustre lorsque vous piochez de nouvelles cartes Quartiers

Avec 18 personnages disponibles pour vous aider (8 dans le jeu de base et 10 nouveaux avec les nouvelles éditions) les parties ne se ressembleront pas et vous pourrez mélangez à votre guise ces derniers afin d’essayer toujours de nouvelles tactiques afin de devenir le bâtisseur de cité prestigieuses incontesté.

Partager